Nombreuses sont les explications possibles quant au désintérêt d'un recruteur et nous allons décortiquer ensemble l'éventail de ces raisons qui les conduisent à vous adresser une réponse négative.

Il peut s'agir bien sûr d'une raison directement liée à votre candidature, butant sur un point essentiel "non dit" dans l'offre d'emploi, mais il peut aussi bien souvent s'agir d'une raison purement contextuelle liée au cabinet de recrutement ou à l'employeur final...

Raison N°1 - La Pro-activité

Dans certains cas, les cabinets de recrutement veulent prendre de l'avance sur leurs recrutements futurs. Ainsi lorsqu'une société finale évoque des "besoins potentiels" pour dans 6 mois, certains recruteurs se mettent dores et déjà à publier des annonces afin de drainer des candidatures dans l'éventualité où la création de poste se concrétiserait... Et bien souvent, qu'elle se concrétise ou pas, la plupart des candidatures obtenues reçoivent une réponse négative (parcequ'il faut bien donner une réponse dans un délai "raisonnable") et finissent à la trappe car nombre de cabinets considèrent qu'une candidature "datant de plusieurs mois" est certainement périmée. Ce qui n'est souvent pas faux. La Pro-activité est donc un "réflexe conditionné" du recruteur qui est à la limite de la légalité puisque le poste n'existe pas encore mais qui fait surtout perdre du temps aux candidats ainsi qu'à lui même bien entendu....

Raison N°2 - Une mauvaise gestion des priorités

Un recruteur a souvent de nombreuses demandes à traiter à la fois et va nécessairement avoir des préférences, soit parcequ'il préfère tel client ou qu'il est plus à l'aise avec telle technologie ou encore parce que tel recrutement peut rapporter plus de chiffre d'affaires.... Vous l'aurez donc compris, si le recruteur privilégie certains postes, il en néglige forcément d'autres et il peut ainsi "bâcler" voire occulter complètement une sélection de candidatures parmi lesquelles peut se trouver la "perle rare", c'est à dire vous ;) .

Raison N°3 - Le juste prix

Le recruteur a reçu votre candidature et a même lu votre lettre de motivation dans laquelle vous lui précisez vos prétentions salariales. Prétentions qui collent parfaitement au descriptif de l'offre puisque vous êtes juste en dessous de la fourchette haute proposée.... Et pourtant il ne vous appelle pas !?!?... Outre la possibilité que votre rémunération actuelle par rapport à votre expérience - et donc vos prétentions - soient supérieures à la moyenne du marché, il se peut encore plus simplement que le recruteur n'ait pas indiqué la bonne fourchette de salaire ! Soit parce que celui-ci n'avait pas l'information au moment de publier l'offre et qu'il a voulu gagner du temps en mettant une fourchette "classique", soit parce que son client lui a donné une fourchette qui se révélera au final trop importante ! Cela arrive notamment en période de crise, comme c'est le cas actuellement, où les salaires sont tirés vers le bas. Le client commence par donner une fourchette correspondant à l'avant crise puis il se ravise quelques semaines plus tard en indiquant au cabinet une fourchette plus basse. Élément éliminatoire pour plus d'une candidature.... Comment appeler un candidat qui visait 38Ke et lui proposer finalement 28ke ? Accablé par la honte, le recruteur se replie stratégiquement derrière un mail apportant au "profil parfait" une réponse négative....

Raison N°4 - Rien ne sert de courir...

Il arrive aussi de nombreuses fois qu'un cabinet arrive en quelque sorte "après la bataille", en effet certains recrutements sont lancés par des cabinets alors que le client a lui même effectué des recherches depuis des semaines voire des mois et qu'une décision est déjà sur le point d'être prise. Certains recruteurs n'hésitent tout de même pas à se livrer à corps perdu dans la bataille afin de proposer "in extremis" quelques candidatures pour tenter de "gagner une affaire". Or, dans ce genre de situation, il est très difficile de trouver en quelques jours la perle rare qui va détrôner le candidat favori du client qui de plus a été "débusqué gratuitement". Hélas, vous avez vu passer l'annonce deux jours trop tard, et ce même candidat favori est en train de signer son contrat à l'instant même où vous envoyez votre candidature au cabinet..... Fin de l'histoire....

Raison N°5 - La cause de bien des maux : Les Non Dits

Il y a deux sortes de non dits dans une offre : ceux qui sont volontaires et ceux qui ne le sont pas. C'est aujourd'hui de moins en moins le cas mais il faut reconnaitre que des discriminations perdurent, qu'elles soient négatives ou positives d'ailleurs. Qu'il s'agisse de l'âge, de l'origine ethnique ou même du sexe, des préférences peuvent être plus ou moins clairement énoncées au recruteur au fil du temps qui passe... Celles-ci sont variables d'une société à l'autre et il est bien entendu illégal de les mentionner que ce soit verbalement ou à l'écrit. Mais que le recruteur suive ou non les directives de son client quant aux profils présentés, c'est de toute façon l'employeur final qui décide d'embaucher qui il souhaite...

Autre type de non dit volontaire : la "réduction des compétences requises". Lorsqu'une société recherche un informaticien, prenons un développeur par exemple, elle souhaite que les candidats maîtrisent les langages et les outils associés qui sont déjà employées par l'entreprise. Or, le nombre de langages, de librairies, d'IDE et d'outils associés étant aujourd'hui pléthorique, certains recruteurs avertis vont publier une offre pour "ratisser large" en cherchant un "Développeur C++" au lieu de chercher impérativement un "Développeur Visual C++ maitrisant la Version 6 de Visual Studio ainsi que les MFC". Ainsi, si un ou plusieurs profils correspondent davantage que le votre sur le plan des compétences (sans que vous en soyez conscient, par manque d'information), il y a de grandes chances pour que votre candidature ne soit pas retenue.

Pour poursuivre sur le thème des compétences, il y a aussi de nombreux non-dits involontaires. Cette fois dûs à une incompétence technique des recruteurs qui ne sont pas du métier et qui voient mal de quoi il s'agit lorsqu'ils jonglent avec des termes tels que "C++", "PHP" ou "Java".... Du coup, certains sont souvent incapables de faire le bon tri dans les "mots clés" rattachés à une offre de poste et ne sélectionnent pas ceux qui sont le plus caractéristique lorsqu'ils rédigent leur annonce voire n'en énoncent aucun.... En imaginant qu'il ne s'agit là que d'un détail et que n'importe quel programmeur peut faire l'affaire pour le poste.... Or lorsque votre CV arrive sur la boite e-mail de l'employeur final, il part directement dans la corbeille....

Dernier type de non dit qui touche cette fois "au nerf de la guerre" : la rémunération. Il s'agit le plus souvent d'un non dit volontaire, de façon à brasser le plus de candidatures possibles évidemment. Ce genre de pratique est le plus couramment employée lorsque l'on recrute un profil très rare, sur lequel il est difficile d'évaluer un niveau de rémunération... Donc si vous êtes le seul à vous présenter, le poste sera probablement pour vous. Mais si il y a d'autres candidatures, moins chères que la votre, vous serez écarté bien que vous pensiez être "quasiment le seul à être compétent dans ce domaine"....

En conclusion...

Si vous recevez une réponse négative - voire aucune réponse - de la part d'un recruteur, ne vous dites pas (tout de suite) que votre CV est à revoir ou que votre lettre de motivation était à coté de la plaque.... Car bien des causes peuvent être à l'origine de l'inadéquation de votre candidature (bien que vous l'imaginiez adéquate) et elles ne sont certainement pas toutes répertoriées ci-dessus... Donc si vous voulez nous faire partager votre expérience sur le sujet en tant que recruteur ou en tant que candidat afin d'étoffer cette liste, ne vous privez pas ;) !