Avant-Propos : Ce billet n'est pas destiné à dénigrer la concurrence et traite de la capacité des cabinets à qualifier les métiers sur lesquels ils se sont spécialisés. Mon objectif principal est d'expliquer les rouages des cabinets de recrutement, et bien sûr de faire un peu de promo pour RECRUT-INFO :).

Recruter n'est pas chose facile, cela demande une petite pléthore d'aptitudes relationnelles et de compétences particulières, alors si en plus il faut maitriser le métier des candidats sur le bout des doigts, où va-t-on ? C'est sans aucun doute ce que la majorité des dirigeants de cabinets ont du se dire lorsqu'il a fallu monter des équipes de recruteurs, car à leurs yeux l'essentiel n'est pas dans la qualification fonctionnelle ou technique mais dans la qualification humaine et relationnelle. C'est en effet la première chose qui saute aux yeux d'un futur employeur : la présentation, l'élocution, le sens du contact du candidat... Pour ce qui est du reste, "on croise les doigts".

C'est ainsi que plus de 90% des personnes qui font ce métier sont généralement issus de formation commerciale, psychologique ou en ressources humaines. Bien qu'ils soient conscients de leur inaptitude à qualifier le niveau de compétence des candidats qu'ils interviewent, ils font de leur mieux pour se donner professionnellement "bonne conscience" en incitant le candidat à détailler au maximum le contenu des principales missions qu'il a eu à effectuer, et se contentent généralement du fait que le candidat donne l'impression qu'il maîtrise son sujet, mais sans pour autant comprendre le fond de ce même sujet....

Il y a des métiers dont les tâches sont plus faciles à comprendre que d'autres, le secteur informatique fait sans aucun doute partie des secteurs les plus difficiles d'accès avec ses intitulés métiers multi-synonymiques, ses technologies nouvelles et anciennes, et ses mots clés "barbares" voire "barbants" pour le profane. Les "mots clés" sont d'ailleurs l'outil principal des recruteurs lors de la première phase d'un recrutement : le Sourcing de Curriculum-vitae. Autant dire que sans ceux-ci, le recruteur, qu'il soit "spécialiste" ou "compétent", ne peut pas vraiment travailler... Mais là où le spécialiste se contentera des quelques mots clés que son client lui donne, le recruteur compétent sera capable d'interroger celui-ci pour obtenir un "état des lieux" de l'environnement technique dans sa globalité, lui permettant ainsi d'affiner davantage ses recherches mais aussi de présenter plus en détails le poste aux candidats qu'il rencontrera...

Un recruteur issu du secteur d'activité pour lequel il recrute peut-être considéré comme compétent, à la condition qu'il se serve de ses propres compétences métiers pour qualifier le besoin de ses clients ainsi que les candidats qu'il sera amené à rencontrer. En partant de ce postulat, on peut considérer que le travail de cette personne sera plus efficace que ses confrères "simplement" spécialistes, mais seulement si celle-ci dispose des fameuses aptitudes relationnelles permettant d'évaluer "humainement" ses candidats....

En conclusion, les cabinets "spécialistes", avec leur moyens "limités" en terme de qualification technique, sont capables, à force d'insistance, de trouver le bon candidat pour leurs clients. Mais ce ne sera pas sans avoir essuyé de nombreux "recalages de CV" et autres entretiens techniques peu concluants... Un cabinet compétent en revanche, fera perdre moins de temps à ses clients par son approche qualitative... A titre d'exemple, RECRUT-INFO obtient 8 fois sur 10 un entretien aux candidats présentés à ses clients et, étant hyper-spécialiste des profils de développeurs, pourvoit plus de 80% des postes de ce type qui lui sont confiés....